Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Texte
Suzanne Lebeau

Mise en scène
Gervais Gaudreault

Assistance à la mise en scène
Robert Vézina

Distribution
Mireille Thibault ou Luisa Huertas
François Trudel

Décor, costumes, accessoires et projections
Francine Martin

Lumière
Dominique Gagnon

Environnement sonore
Diane Leboeuf

Maquillage et coiffure
Pierre Lafontaine

Effets spéciaux
Éric Gendron

Podorythmie et voix
André Marchand

Voix de Paméla
Léa Forcier-Depatie

Musique
Martin Hayes (violon) et Dennis Cahill (guitare)
The Lonesome Touch, Green Linnet Records - GL1181

Direction de production
Dominique Gagnon

En co-production avec L'Espace Malraux/Scène nationale de Chambéry et de la Savoie, Le Théâtre/Scène nationale de Narbonne (France) et le Théâtre du Vieux-Terrebonne (Québec)

Une maison dans une forêt dense, une école au bout du chemin, des légumes midi et soir, une odeur de sang tenace. Un coq imprudent, le renard et la belette, un loup et des chasseurs, des enfants et des ogres, un ogre enfant.

Dans L'Ogrelet, le fils d'un ogre décide d'échapper à son destin. Il devra réussir trois épreuves, des défis à son instinct et à ses désirs troubles. S'il tient de son père l'appétit de chair fraîche, il a reçu de sa mère la soif de vivre en paix avec le monde.

Nous sommes bien dans l'univers des contes, et il faut nous y laisser entraîner pour découvrir toute la richesse du propos. Car à travers l'histoire de l'Ogrelet, c'est le combat permanent entre les forces du bien et du mal qui nous habitent que Suzanne Lebeau explore. Après tout, les ogres n'existent peut-être pas uniquement dans les contes...

À partir de 8 ans

 
« François Trudel et Mireille Thibault donnent un relief intéressant à leur personnage. Ils savent incarner dans de petits détails la hauteur symbolique du drame que vit l'ogrelet; on saisit rapidement qu'ils s'alimentent de la complexité de Simon et de sa mère et qu'ils savent fort bien la rendre. La mise en scène de Gervais Gaudreault est probablement l'élément catalyseur de l'ensemble. Il parvient à donner une dimension presque mythique à ce texte difficile en centrant la pièce sur l'espace de la forêt. Le dispositif scénique, l'éclairage, les projections d'images en font un lieu autour duquel tout vient prendre un sens, où tout se joue. »
Le Devoir, Montréal
« La salle est très attentive, jusqu'au bout. Et jusqu'à la fin le jeune public réagit, la sagacité mise à vif. Et bien sûr, poussé par l'énorme curiosité de connaître la vraie vie d'un ogre. Beau succès pour cette mise en scène, articulée autour d'un étonnant décor de forêt aux arbres stylisés. »
Le Dauphiné Libéré, Chambéry
« L'équipe québécoise du Carrousel nous a offert avec L'Ogrelet sa plus audacieuse et sa plus belle création. […] Considéré aujourd'hui comme "une sorte de chef de file du théâtre jeune public" (j'ai, moi, envie de dire tout public), il nous offre une fois de plus ce dont nous avons profondément besoin pour vivre et pour grandir: une parole vraie, un regard sans concession, un travail d'artistes-artisans qui connaissent le geste juste et savent ce qu'il faut de lumière pour éclairer les taillis de nous-mêmes où nous n'aimons pas toujours nous aventurer. […] Le tout prolongé par une scénographie parfaite. »
La Savoie, Chambéry