Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Texte
Geneviève Billette

Mise en scène
Gervais Gaudreault

Assistance à la mise en scène
Robert Vézina

Conseil à la dramaturgie
Gervais Gaudreault, Suzanne Lebeau

Distribution
Francis Ducharme, Danny Gagné, Audrey Talbot

Décor, costumes et accessoires
Katerine Brochu, Stéphane Longpré

Lumière
Dominique Gagnon

Environnement sonore
Nicolas Rollin

Spatialisation sonore
Mathieu Gatien

Maquillage et coiffure
Pierre Lafontaine

Directrice de production
Dominique Gagnon

Créé en résidence au Théâtre de la Ville (Longueuil, Québec) et en coproduction avec L’Espace Malraux/Scène nationale de Chambéry et de la Savoie et le Grand Théâtre de Lorient (France).

Timothée et Sammy, deux jeunes garçons, ont clandestinement rendez-vous dans une ruelle, à l'arrière d'un théâtre. Convaincus que les baisers et les caresses sont comptés, ils s'apprêtent à fuguer à la recherche d'un pays où les genoux sont comme « des places publiques ».

Tandis que Sammy attend à l'extérieur, Timothée entre dans le théâtre pour une dernière pause-pipi avant le grand départ. Sarah, une petite fille capable de chanter la plus haute note du registre de la voix humaine, tente de s'échapper du même théâtre où elle a perdu la voix.

Un événement inattendu vient compromettre leur fuite mais pas leur quête de tendresse. Timothée et Sarah se retrouvent seuls, prisonniers du théâtre. Ils n'auront d'autre choix pour garder l'espoir au chaud que de s'ouvrir l'un à l'autre. De cette amitié naîtra leur secours.

À l'intérieur du théâtre comme dans la ruelle où Sammy veille, il sera question du grand amour, celui qui ne saurait survivre sans désobéissance.

 
Prix littéraire du Gouverneur général du Canada 2005 - Catégorie Théâtre; Prime à la création 2001 - Fonds Gratien Gélinas
 
« Donné par la compagnie québécoise du Carrousel, à qui l’on doit déjà Petit Pierre, ce spectacle jeune public renferme des trésors de tendresse et d’humour.
« Pourquoi ma bouche trahit-elle toujours mon cœur? » : sonnant toujours juste à l’image de cette réplique de Sammy, bridé par sa mère, le texte de Geneviève Billette est remarquablement servi par le jeu des jeunes comédiens Francis Ducharme et Audrey Talbot, spontanés comme savent l’être les enfants.
La mise en scène de Gervais Gaudreault est, elle aussi, à la hauteur. Apparaissant par intermittence, le visage de Sammy projeté sur un écran rend plus poignant encore ce huis clos, qui nous interroge sur la place donnée aux enfants.
N’éprouveraient-ils pas moins de difficultés à grandir si les adultes savaient mieux préserver leur propre part d’enfance ? »
L’Yonne républicaine, Auxerre.
« C’est un texte de Geneviève Billette, audacieux et généreux, dont la langue est tout à la fois poétique, philosophique et enfantine. C’est une mise en scène de Gervais Gaudreault visuelle et sonore où le renversement du cadre de scène, des fils électriques et des câbles forment le décor évolutif. […] Le Pays des genoux est une œuvre bien trop riche pour la résumer en une seule phrase. Elle nous confirme, en tout cas, qu’il est possible de s’adresser à des spectateurs dès huit ans en leur proposant un thème fort. Elle parle de l’importance de l’amitié et de l’amour dans la construction de nos vies, bien avant l’adolescence. […]
Dans l’urgence de ce huis clos, ces deux êtres s’affrontent, s’acceptent, se protègent et réussissent ensemble à se faire entendre du reste du monde. Nous comprenons la valeur de l’écoute, l’acceptation de l’autre, la solidarité, mais aussi la désobéissance, la résistance. Parlant de l’enfance, l’auteur ajoute aux comportements très justes des personnages de magnifiques envolées lyriques sur la tendresse qu’il faudrait économiser comme les bougies qui se consument peu à peu.
Les trois comédiens, Francis Ducharme, Danny Gagné et Audrey Talbot sont pertinents. Ils ont su retrouver des fragments d’enfance en eux pour que nous acceptions la convention que leurs personnages ont neuf et sept ans. […] Et que l’on soit futur adulte ou ancien enfant ce voyage-là laissera de belles empreintes dans notre intimité. »
Pierre Lecarme, Le Dauphiné libéré.

Documents à télécharger


Photos: François-Xavier Gaudreault

Programme du spectacle
Document d’accompagnement